Top 10 Meilleur Pluviomètre 2020

Difficile de faire un choix pour votre nouveau Pluviomètre ? Nous avons rédigé ce guide d’achat spécial Pluviomètre pour vous aider, avec le TOP10 des meilleures ventes du moment, des tests, des avis… Comme dans tous nos guides d’achats, nous avons fait le maximum pour vous aider à choisir le meilleur Pluviomètre !

Notre sélection de pluviomètre

Guide d’achat pluviomètre

Le pluviomètre se décline en un large choix de modèles adaptés à tous les besoins. Mais trouver le bon peut virer au cauchemar si l’on ne sait pas sur quoi se baser. Notre guide d’achat et notre Top 10 Meilleur pluviomètre 2018 vous seront d’une grande aide dans vos démarches d’achat. Nous les avons établis au terme d’une série de tests et comparatifs.

Guide d’achat : comment choisir le meilleur pluviomètre ?

Le pluviomètre fait partie de la gamme d’appareils et d’instruments météorologiques de mesure incluant l’anémomètre, le baromètre, ou encore le thermomètre hygromètre. Il permet effectivement de déterminer la quantité de pluie tombée au cours d’une averse.

À une époque, le pluviomètre a été confiné aux seuls domaines de la météorologie, de la pluviométrie et de la pépinière. Cet appareil de mesure pluviométrique trouve actuellement sa place chez les jardiniers et les agriculteurs. On parle alors de pluviomètre de jardin et de pluviomètre agricole. Ils sont d’une grande aide dans la quantification des précipitations, afin de se fixer sur la nécessité ou non de procéder à l’arrosage. En effet, certaines plantes ont un besoin en eau bien déterminé. Mieux vaut donc s’en tenir au seuil fixé pour leur assurer un bon développement. Enfin, en respectant cette règle d’arrosage « plus verte », les jardiniers et agriculteurs peuvent aussi dégager une économie considérable.

Choisir son pluviomètre en fonction de l’usage voulu

L’utilisation d’un tel dispositif est le premier élément que vous devrez prendre en compte avant de vous décider à acheter un modèle. Il faut ainsi savoir que les pluviomètres que vous trouverez dans le commerce ont une fonctionnalité commune. Cependant, chaque modèle est adapté à un usage bien précis. Si par exemple, vous travaillez dans le jardinage ou êtes juste un passionné, le pluviomètre manuel est fait pour vous. Si par contre vous êtes un professionnel ou si vous travaillez dans le domaine de l’agriculture ou bien dans la météorologie, le pluviomètre à lecture directe ou automatique est plus approprié.

Voici les résultats de nos tests et comparatifs sur les modèles proposés sur le marché. Ils vous serviront de guide vers le meilleur pluviomètre pour votre quotidien.

Pluviomètre manuel

Le pluviomètre manuel (ou à lecture directe) est le modèle le plus basique. Il se présente sous forme d’entonnoir gradué, avec une plage de mesure plutôt sommaire. Une simplicité qui suscite l’intérêt des jardiniers et agriculteurs, amateurs comme professionnels.

Cet appareil de mesure pluviométrique se révèle aussi facile d’utilisation. Pour déterminer la quantité tombée par mètre carré, il suffit de relever le niveau d’eau qui s’est déposée dans l’entonnoir. On note aussi une simplicité d’installation : vous n’aurez qu’à planter le support dans le sol. En prime, profitez de tarifs avantageux. Vous pouvez vous offrir un pluviomètre manuel pour moins d’une petite dizaine d’euros.

Pluviomètre automatique

À bien des égards, un pluviomètre automatique s’avère plus pratique qu’un pluviomètre manuel. Vous vous éviterez effectivement la fastidieuse tâche de lire le niveau des eaux issues de pluies sur la cuve, ni même le vidage avant une nouvelle mesure.

On distingue deux types de pluviomètres automatiques, à savoir les modèles normalisés et les modèles non standardisés.

Le pluviomètre dit « normalisé » se retrouve dans les stations météorologiques en France. Il est constitué de deux augets regardant dans des sens opposés. Dans la pratique, l’un d’eux recueille l’eau de pluie et une fois pleine, il s’autovide en laissant sa place à l’autre auget. La mesure se fait donc en multipliant le volume total des augets par le nombre de vidages. Sur certains modèles, ce dernier élément s’affiche clairement sur un écran LCD ou un afficheur ou cadran électronique.

Le pluviomètre non standardisé utilise, quant à lui, une jauge électronique qui sert à mesurer la quantité de précipitation durant une période bien définie. Selon les modèles, il présente ainsi une plage de mesure plus ou moins significative. Au cours d’une séance de mesure, le pluviomètre non standardisé transmet en temps réel à une station météo qui se trouve à l’intérieur. Un aspect pratique qui suscite l’intérêt des jardiniers ou agriculteurs recourant à une centrale d’arrosage automatique. Enfin, le pluviomètre non standardisé est disponible en modèles alimentés par une ou plusieurs piles, par l’énergie solaire, ou encore avec des appareils de mesures comme une station météo.

Comment choisir le meilleur pluviomètre ?

Nos tests et comparatifs nous ont permis de mettre en évidence les principaux atouts du pluviomètre électronique.

Extrêmement précis

Un pluviomètre électronique est d’une grande précision, et donc fiable. Son principe est basé sur le système d’auget. Équipé d’un transmetteur et d’un émetteur à impulsion électronique ou à ondes ultrasons, ce dernier envoie des signaux à la station météo, à chaque vidage automatique du réceptacle.

Pour davantage de précisions dans les calculs, certains modèles de pluviomètre électronique sont aussi équipés de tout un lot de capteur. En effet, l’opération tient compte de divers paramètres comme la pression atmosphérique, la vitesse du vent, la direction du vent, l’humidité relative, le taux d’évaporation, ou encore la qualité de l’air.

Cette précision explique l’engouement des jardiniers pour le pluviomètre électronique. À la lecture des données sur l’écran LCD, ils peuvent connaître le bon moment pour procéder à l’arrosage, mais aussi la quantité d’eau requise.

Mesure de température

L’utilité d’un pluviomètre électronique est loin d’être confiné au seul domaine du calcul des précipitations. En effet, il peut aussi faire office de station météorologique à part entière. Grâce à son capteur de température, vous pouvez aussi mesurer la température intérieure et température extérieure en utilisant une technologie de haute précision. Des données qui révèlent toute leur utilité pour les jardiniers qui font de la culture en serre, dont la mesure de la température et de l’humidité tient une place prépondérante. Dans la climatologie, cet appareil destiné à mesurer la pluviométrie peut aussi être très utile.

Pratique

Certains modèles de pluviomètres électroniques sont associés à une station météo sans fil, ce qui vous permet une utilisation intérieure et extérieure. Ils sont assez robustes pour résister aux intempéries, même quand la grêle s’invite à la fête. Ces appareils de mesure sont donc de très bons outils pour réaliser des prévisions météorologiques. D’ailleurs, dans la majorité des cas, aucune manipulation de calibrage n’est à faire.

L’utilisation d’un pluviomètre

L’utilisation d’un pluviomètre doit suivre quelques règles bien précises. Cependant, il est aussi essentiel de connaitre son principe. Ainsi, pour un pluviomètre classique, lors des averses, cet instrument pour mesurer directement la quantité d’eau de pluie recueille l’eau dans une sorte de réservoir. Au fur et à mesure que la quantité augmente, un flotteur monte et un stylet réalise une transcription de la montée de l’eau dans un genre de diagramme. Lorsque le réservoir est plein, un vidage s’effectue par le biais d’un tuyau que l’on appelle siphon. L’eau de pluie recueillie va ensuite passer dans un bidon. Une fois que le pluviomètre est vide, le stylet se remet à zéro, puis va décrire une droite en hauteur. Le même scénario se reprendra dans le cas où il y aura une autre averse.

Chez d’autres modèles, l’eau est recueillie dans la partie supérieure de l’instrument de mesure et va ensuite s’accumuler dans le tube. On compte également une sorte de couvercle empêchant l’évaporation de l’eau. La mesure des précipitations peut ensuite être interprétée par le biais de graduations.

Il est tout de même important de préciser que comme tous les instruments permettant de mesurer des données météorologiques, des erreurs peuvent survenir. Mais d’une manière générale, celles-ci sont moindres et n’ont pas d’impacts graves sur l’interprétation globale. Dans la majorité des cas toutefois, certaines règles sont à prendre très au sérieux. Parfois, les erreurs résultent de défauts de conception. Les données faussées les plus courantes restent la conséquence d’une mauvaise installation et d’utilisation. L’environnement est également un facteur à ne pas prendre à la légère.

Pour ce qui est de l’endroit où vous devrez installer le dispositif, l’idéal est qu’il doit être installé à au moins 0,5 m du sol et ne doit pas dépasser une hauteur de captation de 2 m. Pour information, chez Météo-France, la hauteur standardisée est de 1 m. Par ailleurs, il est aussi crucial que vous vous assuriez que le sol soit parfaitement plat et que le ciel soit bien à découvert. Dans ce cadre, sachez que la présence d’arbres ou de toute autre chose peut fausser les données météo que vous souhaitez recueillir. Si on entre un peu plus dans les détails, la pente du terrain qui va accueillir le dispositif ne doit pas dépasser 19°. Pour les obstacles tels que les arbres, le pluviomètre doit être installé à une distance quatre fois supérieure à l’obstacle. Pour prendre un exemple, si un arbre de 2 m de haut est présent sur la zone d’installation, vous devrez poser votre appareil de mesure à au moins 8 m de cet obstacle.

En ce qui concerne l’usage proprement dit, il est important que vous sachiez comment interpréter les mesures. De plus, il vous faudra connaitre les meilleures conditions pour éviter les données erronées.

Comment mesurer la quantité de pluie ?

Dans le milieu, les hauteurs des précipitations sont également appelées lames de précipitations. Afin de les mesurer dans un intervalle de temps établi, l’utilisation d’un pluviomètre est la plus appropriée. Pour ce faire, différentes étapes sont à suivre.

L’installation du pluviomètre

Comme il a déjà été mentionné plus haut, le montage est une étape particulièrement importante, car fait de manière incorrecte, vous risquerez de fausser toutes vos mesures. En plus de poser votre instrument permettant de quantifier les précipitations dans un endroit bien ouvert, vous devrez aussi vous assurer d’un assez moyen ensoleillement. Le principal risque est que l’eau recueillie s’évapore dans le cas de fortes chaleurs. Pour la mise en place, bien entendu, vous devrez suivre à la lettre les recommandations du fabricant dans la notice de l’équipement. D’une manière générale, les instruments de mesure de ce type sont livrés avec un pied ou piquet pour les positionnements à une certaine hauteur. Sachez cependant qu’en fonction de la marque et du modèle, cet accessoire peut ne pas être inclus dans le pack de départ.

Il faut aussi savoir que dans le cas où votre pluviomètre n’est qu’à seulement à quelques centimètres du sol, des éclaboussures pourraient arriver à y entrer. Outre les risques de données faussées, la boue pourrait aussi endommager votre appareil. Attardez-vous également sur la vitesse du vent dans la localité ou la région où vous comptez installer le dispositif. D’ailleurs, la force du vent varie en fonction de l’emplacement du pluviomètre par rapport au sol. Et lorsque le vent entre en jeu, la quantité d’eau recueillie peut sensiblement changer.

La mesure de la quantité des précipitations

En fonction du modèle que vous aurez choisi, effectuer des mesures avec ce type d’appareil peut se faire automatiquement ou manuellement. Les modèles manuels sont équipés d’un récipient transparent en forme de cylindre comportant des mesures disposant d’une extrémité supérieure ayant la forme d’un entonnoir. Cet aspect particulier permet d’éviter les risques d’évaporation des liquides. Quand la pluie tombe, l’eau est accumulée dans le fond du tube cylindrique. Dans la majorité des cas, pour connaitre les mesures, vous devrez désinstaller le réservoir avant de pouvoir interpréter les données fournies par les graduations.

Pour essayer de faciliter les choses, il est possible d’affirmer que la hauteur de pluie, hauteur d’eau ou de précipitation correspond à la quantité de l’eau qui a été recueillie. La valeur reçue s’exprime généralement en millimètres (mm) ou en litre par mètre carré (L/m²). Ici, il est important de noter qu’un millimètre correspond à un litre par mètre carré. En outre, il faut aussi savoir que les modèles automatiques peuvent utiliser d’autres procédés ou une autre unité de mesure. On peut par exemple trouver le système de mesure par principe optique, à auget basculeur ou par pesée.

En plus de pouvoir étudier les précipitations, la pluviométrie est une technique qui permet de prévoir et d’anticiper dans d’autres domaines. On peut entre autres parler de la capacité d’un pluviomètre d’évaluer la qualité de la pluie tombée et dans diverses études climatologiques.

Top des ventes

Dernière mise à jour : 2020-11-24 02:31:23