Les revenus des jeux et paris en ligne français atteignent un niveau record en 2020 malgré l’impact de Covid-19

Le régulateur français L’Autorité nationale des Jeux (ANJ) a annoncé un revenu record des jeux en ligne de 1,74 milliard d’euros pour 2020, le marché ayant fortement récupéré après les perturbations du premier semestre de l’année au second semestre.

L’ANJ, qui a repris la régulation des jeux d’argent en ligne de l’ARJEL en 2020 afin d’unifier la régulation des jeux d’argent sous un seul organisme, a déclaré que l’année a été transformationnelle suite à l’impact de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

” À bien des égards, 2020 est une année extraordinaire et un tournant pour l’industrie des jeux en ligne ; c’est à la fois une année de changement et une année record en termes de niveaux d’activité “, a déclaré ANJ.

Zoom sur les revenus des jeux d’argents et paris sportifs en 2020

Les revenus des paris sportifs ont augmenté de 6,8 % pour atteindre 940 millions d’euros. Les enjeux ont augmenté de 5,8 % pour atteindre 5,35 milliards d’euros, ou 5,49 milliards d’euros si l’on inclut les bonus, grâce notamment à une croissance de 30 % des comptes de joueurs actifs.

Parmi ceux-ci, 663 millions d’euros ont été misés sur des événements en France, ce qui a permis de collecter 6,6 millions d’euros au titre des droits sur les paris.

Toutefois, cela représente une baisse de 23,7 % par rapport à 2019, en raison de l’annulation de nombreux événements sportifs français.

Les recettes des courses hippiques ont totalisé 354 M€, en hausse de 30,6 %, les enjeux ayant augmenté de 32,7 % à 1,47 Md€ – le niveau le plus élevé depuis l’ouverture du marché et la croissance la plus rapide en glissement annuel. Le nombre de comptes actifs a augmenté de 4,8 % pour atteindre 628 000, ce qui a entraîné une hausse des prélèvements sur les courses de 23,4 %, à 179 millions d’euros.

Les paris sur les courses disputées à l’étranger ont augmenté de 242,1 %, pour atteindre 375 millions d’euros, le reste des paris portant sur les courses françaises.

Les revenus du poker se sont envolés de 64,0 % pour atteindre 446 millions d’euros, les comptes ayant augmenté de 53,1 % pour atteindre 1,8 million. Les tournois ont représenté la majorité des revenus du poker. Mais cette tendance profite aussi aux nombreux casinos en ligne autorisés https://captaincaz.com/casinos-francais/ .

Le total des dépôts pour l’année s’élève à 3,18 milliards d’euros, en hausse de 25,4 %, et le total des retraits à 1,61 milliard d’euros, en hausse de 21,6 %.

“Sur l’ensemble de l’année 2020, le marché en ligne affiche une croissance très vigoureuse”, a déclaré le régulateur. “Le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 22 % en 2020 pour atteindre 1,7 Md€ : son plus haut niveau sur une année civile depuis l’ouverture du secteur.”

Les dépenses de marketing pour l’année ont diminué de 62,7 % pour atteindre 161 M€. La majorité des dépenses de marketing ont été consacrées aux primes, dont 32 % aux primes de fidélisation et 21 % aux primes pour les nouveaux clients. La publicité en ligne, y compris l’affiliation, a représenté 16 % des dépenses de marketing.

Un quatrième trimestre impressionnant

Si l’on considère uniquement le quatrième trimestre de 2020, les revenus des paris sportifs ont augmenté de 54,8 % pour atteindre 356 millions d’euros sur des mises totalisant 2,01 milliards d’euros.

Ce chiffre inclut des paris d’une valeur de 1,42 milliard d’euros sur le football, en hausse de 68 %. La compétition de football la plus populaire pour les paris était la Ligue des champions de l’Uefa, où les joueurs ont misé 207 millions d’euros. Les paris sur la Premier League ont atteint 165 millions d’euros et ceux sur la Ligue 1 140 millions d’euros.

Le tennis a enregistré le deuxième plus gros enjeu, avec 252 millions d’euros, dont 54 millions d’euros sur les Internationaux de France, qui ont été décalés à la fin de l’année en raison de la pandémie. Ces modifications du calendrier ont permis aux paris sur le tennis de croître de 34 % par rapport à l’année précédente.

En revanche, les paris sur le basket-ball ont baissé de 46 %, à 148 millions d’euros, les paris sur la NBA ayant chuté de 76 %, à 41 millions d’euros, en raison d’un calendrier plus calme que d’habitude au quatrième trimestre.

Le rugby, le volley-ball, le handball et le hockey sur glace ont tous vu leurs mises atteindre au moins 19 millions d’euros.

Un peu moins de la moitié (47 %) des parieurs sportifs ont misé moins de 100 €, bien que ce groupe ait représenté une proportion plus faible du marché global qu’au quatrième trimestre de 2019. Par ailleurs, 39 % des parieurs ont misé entre 100 et 1 000 €, en légère hausse.

La part misant entre 1 000 et 3 000 € était également en légère hausse, à 9 %, tandis que 4 % des joueurs misaient entre 3 000 et 10 000 €, 1 % misaient plus de 10 000 € mais moins de 50 000 € et 0,09 % misaient plus de 50 000 €, tous à peu près stables en glissement annuel.

Cela signifie que 10% des comptes joueurs ont représenté 73% du chiffre d’affaires des paris, tandis que 1% des comptes ont représenté 33% du chiffre d’affaires.

Les courses hippiques ont rapporté 105 millions d’euros, en hausse de 45,8 %, sur des mises de 448 millions d’euros, en hausse de 52,3 %. Si 59 % des joueurs ont misé moins de 300 €, contre 64 % en 2019, la part des mises plus importantes a augmenté.

L’ANJ note que 2% des joueurs misent entre 10 000 et 50 000 € et 0,1% misent plus de 50 000 €.

Comme pour les paris sportifs, 10% des comptes représentaient 73% du chiffre d’affaires mais dans ce cas, les 1% des comptes les plus importants représentaient 30% du chiffre d’affaires.

Les revenus du poker s’élèvent à 117 M€, soit une augmentation de 53,9 % par rapport à 2019. Pour les parties de poker en cash, 10% des joueurs représentaient 91% des enjeux et 1% des joueurs représentaient 72%.

Pour les tournois de poker, 10 % des joueurs représentaient 79 % des droits d’entrée et le top 1 % représentait 43 % de ces droits.